Le Festival

Clôture en apothéose du Festival Bach

Pour la dernière séquence du Festival Bach Métamorphoses, le Centre Musical InternationaI J.S. Bach a choisi la voie de la flamboyance et de l’innovation. Dès le récital d’orgue, programmé à la Collégiale le 5 août après-midi, Yves Rechsteiner, dont c’était la première venue à Saint-Donat, annonçait la couleur : « de Bach à Moondog », proposant ainsi, en écho à J.S.Bach, des œuvres de compositeurs actuels ou récents qui ont permis d’entendre des sonorités nouvelles de l’orgue Schwenkedel. Pour le concert de clôture à la Collégiale, en présence d’Aimé Chaléon, maire de Saint-Donat et de son épouse, le Concert de l’Hostel Dieu a sorti le grand jeu en choisissant de faire entendre des pièces maîtresses de Vivaldi associées à des œuvres de compositeurs contemporains écrites pour instruments baroques. C’est ainsi que Automne de Rasmussen ou Fast de Steve Reich (transcrit pour ensemble baroque par le Concert de l’Hostel Dieu et joué pour la première fois) ont voisiné avec le concerto pour deux violons et violoncelle RV 578 ou les 20 variations sur « La Folia » RV63. Un concert flamboyant donc, haletant, irrésistible, qui a transporté le public sur les sommets de l’exaltation. Grâce au talent d’Anthea Pichanick, des musiciens du concert de l’Hostel Dieu et de Franck-Emmanuel Comte, qui avaient beaucoup œuvré pour ce concert et ont eu le mérite de soutenir un rythme élevé d’interprétation dans une Collégiale à son plus haut niveau de température ! Ainsi prit fin de la plus belle des façons le Festival Bach Métamorphoses 2018 qui a proposé de multiples formes de la musique baroque et aussi contemporaine en invitant des musiciens et des ensembles de haut niveau. Durant le concert par ses applaudissements et autour du buffet qui a suivi, offert par la Cave de Clairmont et le CMI J.S. Bach, le public a été unanime : « Magnifique ! Continuez sur cette voie des Métamorphoses ! »

Le Festival Bach sous le signe de la jubilation

Pour la quatrième journée du Festival Bach Métamorphoses, le CMI J.S Bach a invité deux ensembles musicaux sur le thème de la Jubilation. Au prieuré de Charrière d’abord, à 17 heures, le trio Cristal Concerti (invité en partenariat avec Charrière Animation) – Karinn Helbert à l’orgue Cristal Baschet, Manuel Decocq, violon et Cédric Catrisse, alto -a offert un programme original et novateur, articulé autour d’œuvres de Bach, mais aussi de compositions des musiciens eux-mêmes. Le cadre de l’église du Prieuré de Charrière était idéal pour entendre les sonorités particulières de l’orgue, à la fois très ancrées dans la matière et très « célestes ». Cette création – le trio ainsi constitué se produisait pour la première fois – a permis de découvrir des sonorités voluptueuses. Rendons hommage au talent des trois musiciens et souhaitons longue vie au trio !

A la Collégiale de Saint-Donat ensuite, à21heures, la Simphonie du Marais, dirigée par Hugo Reyne, a offert un programme magnifiquement séquencé, entièrement consacré à Jean-Sébastien Bach, et couvrant une large palette de l’art jubilatoire du compositeur. Ce fut un enchantement, tant par la qualité de l’interprétation, qu’il s’agisse d’œuvres solistes ou concertantes (Brandebourgeois n°5, Concerto pour flûte transcrit par H. Reyne), que du talent des interprètes ou de la personnalité d’Hugo Reyne, brillant flûtiste, pédagogique et charismatique à la fois. Sa faculté à créer le contact avec le public facilite l’écoute. La Simphonie du Marais a le goût de l’excellence !

Les deux concerts ont été suivi d’un buffet offert par la Clave de Clairmont, par Charrière Animation (Cristal Concerti) et par le CMI J.S. (Simphonie du Marais).

Magnifique Dimitri Naïditch !

Un concert qui fera date dans l’histoire du Festival Bach

Comment trouver les mots pour relater un concert d’exception qui a marqué profondément le public du Festival Bach Métamorphoses, en ce vendredi 3 août ? Invité par le CMI J.S. Bach pour un programme « Bach en Jazz », le pianiste Dimitri Naïditch a marqué durablement les esprits. Par sa personnalité d’abord : porté par son amour de Bach, de la musique, de son instrument, il déploie sur scène une énergie particulière, qui envahit tout l’espace, jusqu’à atteindre le public par une alchimie particulière. Par son talent ensuite : formé à l’école classique du Conservatoire, séduit par le jazz dès l’âge de 14 ans, il relie aujourd’hui les deux univers, improvisant et  transposant d’une richesse harmonique à l’autre avec une aisance déconcertante, dans un strict respect de l’œuvre du compositeur. Il est très rare – et c’est pour cela que ce concert fera date – d’entendre un musicien interpréter aussi parfaitement des œuvres de Bach, s’envoler dans une prodigieuse improvisation nourrie de son inspiration, tout en demeurant fidèle à la portée musicale de l’œuvre ! Du grand art, surtout dans le cadre d’un trio d’une telle qualité, avec Damian Nueva, contrebassiste et Arthur Alard, batteur, dans le cadre somptueux de la Cour du Palais Delphinal. Les murs du Palais ont tant vibré que les pierres elles-mêmes dansaient, fruit sans doute combiné de l’effervescence sonore et de l’éclairage onirique…Une image restera : celle de Dimitri Naïditch recourbé sur son piano, faisant totalement corps avec lui, sa longue mèche de cheveu effleurant presque le clavier. Métamorphoses de l’amour ! Dans les confidences musicales qui avaient précédé le concert, Dimitri Naïditch avait exprimé avec force son amour de la musique, transmis très tôt par sa mère, pianiste, avant même sa naissance.

A l’issue du concert l’ensemble du public s’est retrouvé autour d’un buffet offert par la Cave de Clairmont et l’équipe du CMI J.S. Bach..

Métamorphoses italiennes pour le Festival Bach

Première venue à Saint-Donat du Concerto Soave

Invité par le Centre Musical International J.S. Bach, le Concerto Soave a animé la deuxième soirée du Festival Bach « Métamorphoses ». Dans le cadre approprié de la Collégiale, Jean-Marc Aymes, Maria-Cristina Kiehr et Cécile Vérolles ont convié le public à un voyage initiatique, aux sources de l’inspiration italienne de J.S. Bach. Le programme, judicieusement varié et séquencé, a ravi les amoureux de la musique baroque. Jean-Marc Aymes, claveciniste et organiste, a joué à trois reprises sur l’orgue Schwenkedel de Saint-Donat. Saluons son choix judicieux de l’orgue positif pour interpréter l’adagio du célèbre concerto de Marcello transcrit par Bach, les deux autres mouvements étant interprétés au clavecin avec virtuosité. Maria-Cristina Kiehr, magnifique soprano, a fait naître beaucoup de frissons dans le public, tant sa voix puissante, inspirée et saisissante à la fois, a trouvé dans la Collégiale un écrin idéal. Cécile Vérolles s’est particulièrement distinguée dans l’interprétation de la célèbre sonate pour violoncelle en si bémol de Vivaldi, dont l’écriture chromatique intense sollicite la virtuosité de l’interprète. Avant le Concert, Franck-Emmanuel Comte avait inauguré les rencontres quotidiennes avec le public : présentation d’une œuvre contemporaine programmée dans le concert final du 5 août (en l’occurrence « Psy » de Luciano Berio) et confidences musicales avec Jean-Marc Aymes. Pendant le Festival, l’exposition Métamorphoses consacrées aux oeuvres de Colanise, Sévange, Natasha Bertin et Véronique Peres continue, ouverte au public de 14h30 à 23H30. Naturellement, cette belle soirée d’été s’est achevée autour d’un buffet offert par la Cave de Clairmont et l’équipe du CMI J.S. Bach.

Le Festival Bach de Saint-Donat démarre fort!

Plein succès pour le concert de Jean-François Zygel

Comme entrée en matière pour le Festival Bach « Métamorphoses », le Centre Musical International J.S. Bach avait invité Jean-François Zygel, pianiste de renommée internationale. Entrée en matière réussie, au regard de l’enthousiasme manifesté par le public. Dans la Cour du Palais Delphinal archi comble ce 1er août 2018, Jean-François Zygel a offert un magnifique récital, illustrant à merveille les Métamorphoses. Il rendit, en effet, un double hommage à Jean-Sébastien Bach, hommage à son génie créateur, mais aussi à son talent d’improvisateur. Pianiste compositeur et improvisateur, Jean-François Zygel a partagé avec le public ses dons d’improvisateur, laissant son inspiration et sa virtuosité s’emparer du clavier du magnifique Bosendorfer Impérial à sa disposition. Un vrai partage, car les séquences musicales étaient souvent introduites par un éclairage pertinent du musicien sur J.S. Bach et son œuvre, mais aussi parce qu’à l’issue du concert J.F. Zygel a proposé de dialoguer avec le public qui s’est prêté au jeu, avant d’échanger de façon plus personnelle lors d’une séance de dédicaces. Avant ce concert avait eu lieu l’inauguration conjointe du Festival Bach et de l’exposition sur le même thême « Métamorphoses », exposition qui se tient au premier étage du Palais Delphinal, durant toute la durée du Festival (entrée libre de 14 à 23 heures). Quatre artistes – Colanise, Sévange, Natasha Bertin et Véronique Peres – présentent des œuvres magnifiques et en parfaite synergie, faisant de matières différentes (textile, peinture, objets, minéraux) des œuvres originales dotées d’une forte puissance créatrice. Une journée mémorable, dans un cadre exceptionnel, qui s’est achevée par un buffet offert dans le Cloître, par la Cave de Clairmont et l’équipe du CMI J.S. Bach.